Soutien-gorge : Quel soutien-gorge pour le sport ?

Un soutien-gorge spécifique sport n’est pas une coquetterie ! Certaines pratiques comme le running peuvent vraiment endommager votre poitrine. Quelques conseils pour bien choisir votre lingerie de sport.

Seulement 15 % des femmes qui pratiquent un sport portent un soutien-gorge adapté ! La poitrine est pourtant une zone très fragile, composée uniquement de tissu conjonctif adipeux (fibres et graisse) et dépourvue de muscles. Lors de l’effort, elle est fortement sollicitée puisque ballotée de haut en bas et de gauche à droite. Une amplitude qui pourrait atteindre 15 cm selon une étude britannique de 2010. Ces nombreux rebonds peuvent non seulement engendrer inconfort et douleur mais surtout à plus ou moins long terme, endommager les tissus et la structure épidermique de manière irréversible. Pour préserver la beauté de votre poitrine, il est donc crucial d’opter pour un bon soutien gorge de sport.

Et pourquoi pas mon soutien-gorge classique ?

Tout simplement parce qu’elle n’a pas été conçue pour cela ! Déjà votre soutien gorge ordinaire n’offre pas le maintien nécessaire puisqu’il soutient les seins que par le bas par le biais des armatures. Ces dernières peuvent heurter le sillon mammaire et risquer d’entrainer des lésions tissulaires. Les fines bretelles droites ont tendance à glisser et à laisser des marques sur la peau. Enfin les matières, souvent en coton ou dentelle, n’évacuent pas la transpiration, ce qui provoque frottements et irritations. A l’inverse, la brassière ou le soutien gorge spécifique pour le sport emboitent les seins de tous les côtés pour les garder bien en place et assurer ainsi un maximum de confort de performance. Quelque soit l’activité pratiquée, ils limitent les ballotements et absorbent ainsi tous les chocs.

Sport : Un soutien-gorge bien adapté à votre morphologie

Pour éviter tout frottement ou toute blessure, une large bande sous la poitrine remplace les armatures. D’ailleurs ces produits sont souvent conçus sans couture et donc très agréables à porter.

Enfin confectionnés dans des matières anti-transpirantes et antibactériennes, ils gardent la peau bien au sec et évitent les mauvaises odeurs. Et pour trouver la bonne taille, rien de plus simple, prendre la même taille que votre lingerie classique. « Ce qui est primordial; explique Aurélie Lebrun, coach sportif, c’est l’essayage. Lors de votre achat, vous devez impérativement vous assurer que le soutien-gorge offre à la fois un bon maintien et une grande liberté de mouvement Sentir que votre respiration se fait sans contrainte. L’entre-bonnet doit être aussi bien collé au torse. Et les seins doivent être bien en place dans les bonnets, à savoir, ne pas déborder ni être écrasés. »

Brassière ou soutien-gorge ?

« Donc il ne faut pas hésiter, lors de l’essayage, à lever les bras, à faire des mouvements, à sauter, à courir … , reprend Aurélie Lebrun, car c’est la seule façon pour vérifier que vos seins sont bien soutenus et que le soutien-gorge reste bien en place, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Et puis se sentir à l’aise en le portant. » Pour ce qui est du choix entre brassière et soutien-gorge, c’est selon les gouts de chacune ! Néanmoins, on conseille plus volontiers les brassières aux petites et moyennes poitrines et à celles qui pratiquent un sport avec peu d’impact. Pratiques et rapides, elles n’ont pas de système de fermeture et s’enfilent comme un tee-shirt. Elles offrent aussi l’avantage de se porter seules en guise de haut de sport. Mais elles ne sont pas réglables et sont déclinables en moins de taille que les soutiens-gorge.

Préférez un modèle qui absorbe les chocs

Ces derniers sont plus adaptés aux poitrines généreuses grâce à leur plus grande profondeur, à leur réglage plus précis (au niveau des bretelles et de l’attache dans le dos) et au fait qu’ils se déclinent taille par taille. Pour les fortes poitrines, on conseille également d’opter pour de larges bretelles croisées dans le dos (en forme de X ou de Y) qui assurent un bon maintien, ne risquent pas de glisser et ne cisaillent pas la peau. Sachez aussi que beaucoup de marques distinguent trois niveaux de maintien selon l’intensité de l’activité et ses effets sur la poitrine. Le premier correspond aux sports de faible ou moyen impact comme le yoga, la marche, le golf, le Pila tes … le deuxième aux sports de fort impact comme le fitness, le ski, le vélo. Enfin le troisième, à ceux de très fort impact comme le running, l’équitation, le tennis, le volley.

Soutien-gorge : Et la matière ?

Et bien sûr, privilégiez toujours le confort en choisissant un modèle à base d’élasthanne, qui possède une grande extensibilité, associé à des matières techniques qui évacuent la transpiration (comme le Coolmax ou le Meryl … ). Et pour ce faire qu’un seul moyen, décryptez toujours les étiquettes. Enfin dernier conseil, comme le précise Aurélie Lebrun, « un soutien-gorge a une durée de vie limitée. Porté et lavé fréquemment, il perd au fil du temps de son élasticité et son maintien. L’idéal est donc d’en changer, surtout si votre pratique est intensive, tous les 6 mois à un an maximum. Et si vous faites deux types d’activité différente, le mieux est encore d’en avoir deux!»

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *