Quelles études pour devenir étiopathe ?

Devant le succès de l’étiopathie, de plus en plus d’étudiants se demandent quelles études pour devenir étiopathe. Pour passer son diplôme d’étiopathe, il faut avant tout posséder le bac et ensuite une formation dispensée dans quatre facultés en France, celle de Rennes, Paris, Toulouse et Lyon. C’est au mois d’octobre qu’a lieu la rentrée universitaire pour les étudiants en étiopathie.

Avant de découvrir le cursus scolaire afin de devenir un étiopathe, il est essentiel de revenir sur ce qu’est l’étiopathie ?  L’étiopathie est une médecine non conventionnelle remise au goût du jour en 1963 par Christian Trédaniel. Même si sa pratique remonte à l’aube de l’humanité, puisque certains gestes étiopathiques ont été identifiés sur des bas-reliefs trouvés dans l’Égypte des Pharaons. En France, les rebouteux utilisent depuis des siècles certains des gestes étiopathiques afin de soulager leurs clients.

Les bienfaits de l’étiopathie

Le champ d’application de l’étiopathie est relativement vaste, puisqu’il permet de traiter des affections du système orthopédique et locomoteur. Notamment, tout ce qui est lombalgie, périarthrite, douleurs articulaires scolioses, etc. L’étiopathie permet aussi d’agir sur le système ORL et pulmonaire, avec des résultats spectaculaires en ce qui concerne les otites. L’étiopathie intervient également sur le système neurologique, digestif et même neurovégétatif notamment dans le traitement des états dépressifs d’hyper nervosité, de troubles du sommeil, ou encore de la spasmophilie. Contrairement aux autres thérapies manuelles, comme la kinésithérapie, l’étiopathie ne se pratique que dans des cabinets de médecine libérale, ou dans des cliniques spécialisées.

L’étiopathie repose sur une technique de manipulation manuelle ayant pour principe la connaissance des causes d’une pathologie. Connaissance qui permet aux praticiens d’agir sur les causes pour les éliminer parce que cette médecine repose sur la palpation manuelle, les massages, les étirements ou la mobilisation du corps humain. Elle est souvent confondue avec l’ostéopathie (créée par Andrew Taylor Still). Si ces deux disciplines sont relativement proches, il existe toutefois des différences notables. L’étiopathe considérant le corps comme un tout, son objectif est avant tout le traitement des lésions qui sont à la source des symptômes. Tandis que l’ostéopathe a pour objectif le soulagement des symptômes d’une pathologie. Dès lors, l’ostéopathie peut aussi bien être curative et préventive.

Quel est le cursus universitaire pour devenir Étiopathe ?

La formation en étiopathie nécessite des études longues et coûteuses, au minimum cinq ans, voir six ans après le bac. Notamment, si l’étudiant souhaite passer un diplôme interuniversitaire d’anatomie clinique neurologique. La formation d’étiopathe n’est pas à la portée de toutes les bourses puisqu’il faudra en moyenne débourser 6500 € par an. L’admission dans l’une des quatre facultés d’étiopathie en France se fait toujours sur dossier et sur entretie. Les études pour devenir étiopathes se décomposent en trois cycles de deux ans, durant lesquels l’aspirant étiopathe va apprendre les fondements de cette médecine douce.

Le futur praticien va subir un apprentissage théorique poussé de l’anatomie, de la physiologie et des dysfonctionnements des systèmes biologiques. L’anatomie a une place importante dans les études pour devenir un étiopathe, au-delà même de l’enseignement prodigué en faculté de médecine. En effet, les étudiants en étiopathie subissent un enseignement poussé de la systémique et de la biomécanique. Cette formation théorique a pour seul et unique objectif de leur fournir une compréhension parfaite de l’anatomie humaine.

Une fois l’apprentissage théorique digéré, l’étudiant pourra se consacrer à l’étude de la méthode étiopathique. Méthode essentiellement basée sur un savoir-faire permettant de détecter les relations de cause à effet des différentes pathologies. L’accent est mis notamment sur la compréhension des mécanismes induisant la douleur, les inflammations, ou encore les blocages. C’est durant cette partie de ses études que celui-ci apprendra à établir un diagnostic étiopathique précis. Comme de nombreux anciens étudiants, ces nouveaux professionnels ouvrent des cabinets d’etiopathe Lyon, ou dans d’autres villes de France.

Le mot de la fin

L’objectif visé lors de la troisième et dernière partie de la formation est de permettre à l’étudiant de parfaire son geste grâce à la repetition comme le ferait un virtuose du violon ou un sportif de haut niveau. Ainsi, après l’absorption de ce socle théorique et de la méthode étiopathique, l’étudiant pourra passer à la formation pratique des techniques manipulatives. Tout comme cela fait se dans un cycle de médecine traditionnelle, afin qu’il puisse parfaire son apprentissage en cabinet. Que ce soit chez un praticien libéral, ou encore dans des cliniques étiopathiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *