Défibrillateur semi-automatique : les infos pratiques

50 000, le nombre de décès par an en France des suites d’un arrêt cardiaque. En somme, il survient 1 décès toutes les 15 minutes ! La mort subite d’origine cardiaque est l’une des causes principales de décès. Parce que le tabagisme, l’hypertension, le cholestérol, le diabète, le manque d’exercice, la consommation excessive d’alcool, l’âge, l’utilisation de stimulants, l’hyperthyroïdie, le déséquilibre alimentaire en potassium et en magnésium, les maladies cardiovasculaires sont autant de facteurs qui augmentent le risque d’avoir un arrêt cardiaque, il est important d’avoir une bonne hygiène de vie. À plus forte raison que le « monde » grossit et, que la France n’est pas en reste : 1 personne sur 2 est trop grosse (un peu plus de 10 millions de personnes sont en situation de surpoids et presque 5 millions sont obèses). Un autre fléau des temps modernes qui s’ajoute aux nombreux autres facteurs de risque. Quoi qu’il en soit, 80 % des cas d’arrêt cardiaque se produisent devant témoin. Parce que chaque minute écoulée, c’est 10% de chance de survie en moins, il faut agir vite. Compte tenu du temps nécessaire aux secours pour arriver, il ne faut perdre aucune seconde et pour cela, appeler les secours, démarrer la réanimation en les attendant. Et pour réanimer, le recours au défibrillateur semi-automatique est un allié incontournable. Gros plan sur un appareil utilisable par le grand public. 

Qu’est-ce qu’un défibrillateur semi-automatique ?

Les défibrillateurs sont des appareils électriques qui servent à relancer l’activité du cœur des victimes d’arrêt cardiaque. Le défibrillateur semi-automatique ou DSA est un défibrillateur automatisé dans le sens où il analyse le tracé cardiaque de la victime et évalue si un choc électrique externe est nécessaire ou non. Pour autant, la personne qui vient en aide à une victime doit appuyer sur un bouton pour cela, après s’être assuré que personne ne touche la victime avant la délivrance du choc. Le défibrillateur semi-automatique est accessible à tous

Doit-on se former pour utiliser un défibrillateur semi-automatique ?

L’utilisation d’un défibrillateur semi-automatique ne requiert pas de suivre une formation particulière. Et pour cause, tous les gestes à effectuer sont clairement indiqués sur l’appareil. Il suffit alors de dégager la poitrine de la victime, d’y coller les deux électrodes de type patch et de les brancher à l’appareil. Ensuite, il suffit d’attendre que l’appareil analyse le rythme cardiaque et attendre que ce dernier demande de procéder au choc électrique externe si nécessaire en appuyant sur le bouton. Bien entendu, à l’image des premiers gestes de secours, rien n’empêche de se former à l’utilisation d’un défibrillateur semi-automatique. Ces dernières permettent alors de se familiariser avec l’appareil et de pouvoir agir au plus vite en cas de nécessité sans paniquer. 

Où se trouvent les défibrillateurs semi-automatiques ?

Les défibrillateurs semi-automatiques sont signalés par un logo blanc et un cœur vert. Ils sont mis à disposition du grand public dans tous les lieux publics. En effet, la loi n°2018-527 du 28 juin 2018 impose aux établissements recevant du public de s’en équiper et de le rendre accessible (article L. 123-5 du Code de la construction et de l’habitation notamment). À noter que cette obligation de mise à disposition diffère d’un ERP à l’autre. Au regard du décret n°2018-1186 du 19 décembre 2018 les ERP de catégories 1 à 3 doivent le faire avant le 1er janvier 2020, ceux de catégorie 4 avant le 1er janvier 2021, ceux de catégorie 5 comme les gares et les refuges par exemple avant le 1er janvier 2022. C’est pourquoi pour l’heure tous les ERP n’en sont pas encore tous dotés. 

Separator image Publié dans santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *